Archives mensuelles : août 2013

Après midi photo à Montpellier

 

Anny devant la cathédrale St Pierre

Jeudi 15 août dernier avec Cédric Dubray Dux d’imagiLAB nous avons fait une petite après midi photos à Montpellier. L’idée de base c’était de se poser à quelques terrasses de bar et prendre des photos « urbaines ». J’adore le mélange dans Montpellier du street art et de l’architecture médiévale du vieux Montpellier.

Le parcours de notre après midi :

  1. St Roch
  2. Candole
  3. Quartier de l’université
  4. St Pierre
  5. Jardin des plantes
  6. Beaux Arts

Et pour ma part, j’ai fini à St Guilhem le désert. Soirée concert de reggae gratuit m’avait-on dit… Mais bon sang, c’était pas juste un groupe de reggae. C’était Mauresca Fracas Dub !!!! Le Rap-Reggae Occitan de mes 15 ans.

Pour accéder à cet album photo complet

stickson 5 – Funkyture 2.0

Le Week End du 20 – 21 juillet, nous prenions part à la Funkiture 2.0 organisée par l’association Baptême du Jeu sur Montpellier, dans le local du coworkin.

Nous c’est une équipe de 4 personnes : Jérémy Bressand, Kraft Jean Christophe Bernard, Anthony Barreau et moi-même.

Le thème de cette gamejam : faire un jeu multijoueur.

De notre côté, notre équipe était constituée uniquement de développeurs. Mais par contre, nous avions opté pour une techno qu’aucun d’entre nous ne connaissait : love2D.

Au final, nous avons développé en deux jours, un petit jeu de Baston à l’ancienne avec une ambiance volontairement Funky très 70’s : Les Stickson Five vs les Stickage People. Vous pouvez récupérer une archive jouable du jeu. J’ai également fait un post sur le blog de NaturalPad ou vous pourrez retrouver les liens vers d’autres jeux produits sur cette game jam.

Stickson Five vs les Stickage People est jouable à 4 avec des manettes de XBox (il paraît que les manettes ps3 marchent aussi). C’est un jeu de combat à l’ancienne, à la base notre inspiration c’est street of rage ou en plus récent, Shank. Vous incarnez un des Stickson Five dans une boîte de nuit et vous essayez de garder la boîte pour vous face aux Stickage People.

Et voici notre Post Mortem pour cette jam :

Ce qui n’a pas marché

  • La chaleur du lieu en plein été fait qu’il y a des places à ne pas prendre au coworkin. Je me suis retrouvé dos à la fenêtre et du coup j’ai passé presque tout le WE torse nu … y a des photos qui traînent sur le web. Jérémy lui s’est pris le soleil en pleine tête une bonne partie du WE. Je crois que le coworkin souhaite investir dans une clim, il leur faudrait aussi des rideaux épais.

  • Le lieu du coworkin est en plein centre ville de Montpellier. Du coup il faut venir en transport en commun ou galérer à chercher une place payante. Montpellier a une politique anti-voiture au centre.

  • Le poste de sound designer a été refilé à Anthony qui n’avait jamais fait ça et qui a dû tester un soft qu’il ne connaissait pas. Du coup il s’est retrouvé dans une position délicate et peu productive. Mais heureusement, il a su changer d’orientation, aller chercher des sons en ligne (notamment des extraits de films de Bruce Lee).

  • Le samedi soir, on avait un peu tous avancés de notre côté, sons, graphismes, GUI et gameplay mais rien n’était vraiment connecté. Du coup on avait une sensation frustrante de “ça a peu avancé”. A l’inverse, le dimanche on a commencé par tout fusionner et on s’est retrouvé devant un projet quasi bouclé très rapidement. C’était très gratifiant et motivant.

  • La syntaxe lua a un peu repoussé certains habitués de java. Et c’est un peu flippant d’avancer sur un projet en temps restreint sans bien savoir quoi faire parce que l’on découvre la technologie.

Ce qui a bien marché

  • Le lieu du coworkin était très agréable bien qu’un peu chaud. Nous êtions une petite dizaine et nous pourrions aisément être une trentaine dans ce local. L’équipe de Baptême du jeu à assuré la logistique. Des repas à heure correcte avec la quantité et la qualité qu’il fallait (on n’était pas en mode coca-pizza, plutôt salade et pâtes). Il y avait même un petit espace détente très pratique pour souffler 5 minutes, faire une sieste dans le canapé et les Baptêmes du jeu avaient aussi investi dans matelas et duvet pour ceux qui auraient finalement eu besoin de dormir sur place.

  • Beaucoup de soutien sur la techno de la part de Kevin Bradshaw. Kevin m’avait quelques jours avant initié à Love2D et il était présent sur la game jam. Bien qu’il a bossé de son côté sur son propre jeu zweinflugger, il s’est montré très disponible pour nous filer un coup de main quand on bloquait sur love2D. Au final, bien que l’on ait pris pas mal de temps à Kevin, il a pu sortir un zweinflugger bien cool et nous on est arrivé au bout d’une version jouable de notre stickson five. Love2D m’a semblé être vraiment une bonne techno pour du jeu en jam, pour du prototype, mais je ne sais pas ce que ça donnerait pour un jeu plus poussé.

  • Niveau organisation, nous avons fait le choix de commencer vendredi soir uniquement par designer le jeu et donc définir les tâches de développement pour le lendemain. Du coup on a vraiment pris le temps d’être d’accord sur le jeu et le samedi on a pu attaquer avec un bon document de game design clair et figé. On savait ce qu’on avait à faire pour sortir ce jeu.

  • On a régulièrement fait des points pour savoir ou on en était. Et cette pratique a été d’autant plus utile le dimanche car elle nous a prévu de réajuster le game design en fonction du temps restant. Ça nous a vraiment permis d’assurer un résultat de ”jeu complet” en diminuant nos objectifs en fonction du temps.

  • La répartition des tâches et l’équipe. Au final, Kraft s’est sacrifié pour faire les graphismes, Anthony pour faire le son, Jérémy s’est chargé du HUD et moi j’ai pris en charge le gameplay. Cette répartition des tâches a super bien marché. Bien sûr, on s’est filé quelques coups de main. Anthony a bossé un peu sur les manettes XBox dans Love2D (que de surprises sur la prise en charge des manettes sur Windows et Linux … les gâchettes notamment n’ont pas du tout le même comportement), Kraft et moi on a filé quelques coups de mains niveau code à Jérémy et comme dit précédemment, Kevin nous a souvent débloqué sur Love2D. Mais ce qu’on avait à faire était clair et on a bien avancé et tenu le délai en respectant un temps de sommeil respectable.

  • La prise de niveau de l’équipe a été plutôt impressionnante je trouve. On a tous appris sur Love2D, mon cousin Jérémy s’est vachement bien intégré et a sorti du code fonctionnel alors qu’il a vraiment pas d’expérience (c’est sa deuxième jam, deuxième expérience de développeur), Anthony a pris en main un soft de son qu’il ne connaissait pas et Kraft a découvert des fonctionnalités de Gimp et a appris à gérer des planches de personnage pour les animations.

Juste une petite image de Stickson Five :

CaptureStickson5