Archives mensuelles : septembre 2014

e-sport

Je n’avais pas encore pris le temps d’écrire au sujet de l’e-sport. C’est pourtant un phénomène qui me plait et que j’essaye de suivre en France.

Ce qui me décide à écrire à ce sujet c’est cette intervention sur canal + dans le grand journal. Cette intervention ou l’on se rend compte par le biais d’Antoine de Caunes et d’une journaliste que le phénomène est mal connu et mal perçu. Et pour le coup c’est toute la culture jeu vidéo qui est mal perçue puisque un gamer semble ne pas avoir de vie …

Pour commencer, qu’est- ce que l’e-sport ?

L’e-sport ou sport électronique se réfère à la pratique compétitive du jeu vidéo et de la recherche de performances. Car, pour ceux qui l’ignorent, de nombreux mécanismes de jeux sont conçus pour reposer sur les compétences des joueurs. Il va falloir s’entraîner pas mal d’heures avant de réussir des head shots dans counter strike, il va falloir apprendre par cœur son build order et le répéter de nombreuses fois pour assurer un bon timing en début de partie sur starcraft 2. Les compétences des joueurs sont de l’ordre du réflexe, de l’acuité visuelle, de la vitesse de réaction et de la bonne connaissance du jeu et de ses mécanismes. Dans les jeux en équipe on peut aussi souligner la compétence de synchronisation et de bon management de l’équipe. Réussir des performances dans un jeu demande donc de l’entraînement.

Au niveau des performances, on va retrouver dans certains jeux des mécanismes de scoring ou il s’agit de maximiser un score pour arriver en tête du classement (seul ou équipe), des mécanismes d’affrontement comme dans un tournoi d’échec (c’est le cas de LOL ou SC2 par exemple), en fonction du classement de l’adversaire avant le match est calculé le nouveau classement après le match, des mécanismes de timing ou il s’agit de réaliser le meilleur temps possible (fatalement ça se prête bien aux jeux de course mais il existe une pratique appelée speed game ou il s’agit de réaliser le meilleur temps dans un niveau d’un jeu, les Nesblogs diffusent régulièrement des prouesses dans le domaine).

Il y a donc des compétitions dans le jeu vidéo, il y a des champions et ces champions s’entraînent. C’est ce qui fait fondamentalement que l’on peut parler de sport électronique. Là dessus, viennent se greffer d’autres pratiques issues du sport :

  • Les tournois mettent en jeu de l’argent. Les gagnants raflent la mise souvent apporté par l’éditeur du jeu et des sponsors. Le cashprize de The International 4, le tournoi de Dota2 organisé par Valve en mai dernier a dépassé les 10 millions de $.
  • Les équipes sont fédérées, s’entraînent et ont des sponsors. La team coréenne Incredible Miracle (visite de la gaming house de la team IM) était sponsorisée par ASRock, Kingston Hyper X, Coca-Cola, Nvidia … On peut citer la team MVP en Corée toujours, la team Evil Geniuses aux USA, la team liquid en Hollande … et ces équipes sont internationales. Les joueurs sont transférés de l’une à l’autre régulièrement.
  • Les stars ont une carrière et un palmarès. Le parcours de MVP de broodwar jusque SC2 montre un profond engagement de ce joueur à son e-sport.
  • Les commentateurs ont aussi leur place dans l’e-sport. Les parties sont diffusées en ligne en live ( ou sur écran géant lors des finales des tournois ) et commentées par des joueurs expérimentés (pas forcément de bons joueurs, mais qui ont assez d’expérience pour analyser le jeu ). Parmi les plus célèbres, Day9 et Tod fournissent en vidéo tout ce qu’il faut pour devenir bon à Starcraft 2.
  • Des lieux dédiés à cette pratique permettent de regarder les matchs entre amis autour d’un verre. On parle aujourd’hui de BarCrafts mais plus largement, de nombreux lieux proposent régulièrement des soirées autour du thème du jeu (qu’il soit vidéo ou pas) et l’on peut être spectateur ou participant d’un tournoi de LOL, Dota2, SC2 … C’est le cas tous les mardi soirs à la fonderie de Folsom Street à San Francisco. Le lieu est super, l’ambiance géniale et c’est plein de gamers pas du tout asociaux.
  • Les grands tournois ont lieu dans des salles de spectacles et donnent lieu à des shows très bien orchestrés. L’occasion pour les communautés de fan de se regrouper, supporter leurs joueurs favoris et acheter des goodies. Parmi les grands tournois : la WCS regroupe les matchs de top niveau comme ceux de la GSL pour SC2, la LCS pour les matchs de LOL …

L’e-sport en France

En France on peut citer la team Millenium dont la gaming house est à Marseille, le joueur stephano, la société Alt Tab production qui a créé la marque O’Gaming ainsi que sa chaîne de streaming, on retrouve chez Alt Tab les commentateurs Pomf et Thud qui ont organisé les deux tournois SC2 Iron Squid à Paris, la franchise de bars Meltdown (on en a un à Montpellier aussi et on a aussi un autre bar e-sport, le TFS), la team française la plus ancienne à ma connaissance est probablement la team AAA qui faisait déjà parler sur Counter Strike.

Perd-on son temps en jouant ?

J’aimerai comparer l’activité de jeu à celle de lecture ou celle d’un spectateur de film. C’est une activité récréative, ou de détente. On est plus actif dans un jeu, plus engagé et cela permet de mieux faire passer certains messages. C’est en tout cas le parti pris des advergames et des serious game en e-learning. Après on peut toujours questionner le message d’un jeu comme celui d’un film ou d’un roman… Je pense que d’autres l’ont déjà fait et pour moi, cet intérêt n’est plus discutable. On utilise aujourd’hui des jeux vidéos contre l’autisme, pour apprendre sur sa maladie, pour former des gens et sauver des vies. Certes des jeux vidéos la plupart du temps conçus pour ça mais même des jeux purement ludiques ont leur intérêt pour la santé ou l’apprentissage. On cite souvent Assassin’s creed pour sa dimension historique et on sait bien que les shoot them up sont très bons pour développer les réflexes visuels et la coordination cerveau-moteur.

Ce qui me dérange c’est d’avoir encore à justifier l’intérêt du jeu vidéo alors que pour d’autres industries comme le cinéma ou la littérature tout le monde est persuadé de leur intérêt. Manifestement il faut encore rappeler que l’industrie du jeu vidéo brasse plus d’argent que le cinéma aujourd’hui. C’est un business, de nombreuses personnes y font carrière et si le CNC a créé des aides pour ce secteur c’est bien parce que le jeu vidéo nourrit aussi des artistes du secteur du cinéma. Aujourd’hui combien de diplômés d’écoles d’arts trouvent du travail dans le secteur du jeu vidéo ?

Mais pour vraiment rester dans le sujet il faudrait comparer le jeu vidéo au sport. Et là, je pense qu’il y a peut-être de quoi critiquer notre métier et notre passion. Le sport est bon pour la santé (quoique il faut contrôler la dose quand même). De nombreuses études tendent à montrer qu’une activité physique quotidienne permet d’allonger l’espérance de vie. Je ne pense pas que ce soit le cas d’une activité jeu vidéo quotidienne. En tout cas pas du SC2. Peut-être que l’on pourra montrer que c’est bon pour les facultés cognitives mais malheureusement, je pense que l’un de nos problèmes de santé actuel et futur est celui des TMS ou autres maladies liées à une posture assise devant un ordinateur. Donc non, s’entraîner 12 heures par jour à SC2 n’est pas bon pour la santé. Par contre, je ne suis pas sur que s’entraîner 12 heures par jour au foot soit bon également. La posture assise devant un ordinateur ne concerne pas que les gamers et enfin, le jeu vidéo permet aujourd’hui d’utiliser de nouvelles interfaces basées sur le mouvement. Donc peut-être que bientôt on pourra montrer que pratiquer une activité jeu vidéo quotidienne est bon pour la santé. En tout cas, c’est le parti pris de ma société NaturalPad ^^

Il reste une dernière comparaison à faire, est-ce que l’on perd plus son temps en regardant un match de SC2 en ligne ou un match de foot à la TV ? … je ne crois pas que l’on puisse répondre à cette question honnêtement. Chacun ses goûts. Personnellement je n’ai jamais aimé les matchs de foot. Vu qu’on a eu le droit à une basse critique des fans de jeux vidéos sur canal +, pourquoi ne pas faire de même avec le football ? Les footeux sont-ils nombreux à faire de longues études ? J’ai côtoyé de nombreux gamers qui ont un sérieux bagage en informatique ou en art ou en bien d’autres domaines. Les footeux que je croise en STAPS ne vont pas bien loin pour la plupart. Par contre, ils ont des coiffures rigolotes et une certaine maîtrise de la langue française qui laisse rêver …

Ok c’est bas et je n’irai pas plus loin sur ce sujet. Mais ce que je fais là est tout à fait du niveau du commentaire d’Antoine De Caunes. La seule différence c’est que les stars de football sont idolâtrées depuis des générations grâce au petit écran. Le domaine brasse énormément d’argent et une star de foot c’est un exemple de réussite (belle voiture, belle compagne, beau costume, physique qui fait rêver …). Vu comme l’e-sport est en train de monter on va bientôt voir des success stories dans le domaine et on va bientôt voir des matchs de SC2 ou autre sur Canal + 😉

Conclusion

Je tenais à préciser que je suis un grand fan de Antoine De Caunes. D’abord parce qu’on a le même prénom et que petit je me suis pas mal identifié à lui lors de ses sketchs sur Canal+ en duo avec José Garcia. J’ai fait du théâtre et des courts métrages avec son travail en référence.

Canal + a diffusé la série Bref dont Kyan Khojandi est un grand fan de SC2. Dans le grand journal intervient régulièrement Monsieur Poulpe. Il me semble que lui et sa clique de Studio Bagel on partageait les mêmes références que tous ceux de ma génération. Et puis Canal + a été proche des gamers de nombreuses fois non ? Et Canal + a souvent sponsorisé la culture numérique non ? C’est pas chez Canal + que le présentateur de MicroKids est parti laissant sa place à Dr Clic en 1995 ? … Bref, Canal + est forcément un acteur de la culture numérique en France. Un grand nombre de personnes de ma génération et un grand nombre de plus jeunes baignent dans cette culture numérique. Du coup, dire du mal de cette culture, ce ne serait pas un peu se couper une grande part d’audimat ?

On va voir ce soir dans le Grand Journal ce qu’en dit Antoine De Caunes du coup. Il a annoncé aborder le sujet sur son compte twitter. Mais j’ai peur que le temps me manque pour regarder la TV. Après le boulot et un peu de sport je pense que j’irai en ville boire un verre et me faire une petite partie de SC2.