Quelques shooters et quelques pintes

Dans la masterclass de Bernard Werber y a l’exercice de la balle de tennis jaune. Ecrire une nouvelle ou on maintient le suspens jusqu’à la fin. Pas complètement convaincu, je trouve qu’on voit venir la chute trop facilement. Mais je me suis bien amusé à m’inspirer de la série bloqués pour écrire ça.

J1 – 17h30

  • Ca va aller ? T’as l’air éclaté ?

Je suis dans le coltard. Pas dormi du We, long trajet avec le bus, l’avion puis le train. Cette bière avec mon poto me fait du bien. Y a pas à dire Tom c’est comme mon frère. On se connait depuis l’école primaire. Collège et lycée ensemble. Depuis la fac on s’est installé en coloc. Il est venu me chercher à la gare et on est allé se poser dans notre bar favori, que dis-je, on y est tellement souvent qu’on peut dire que c’est chez nous, c’est notre bar en fait. J’ai tellement pissé, vomi et baisé dans ces chiottes… enfin surtout pissé et vomi en fait. Parce que baisé, j’en parle plus que je ne le fais. Mais là pour une fois, j’ai bien donné tout le we. Ca valait le coup…

  • Oh ça va ? T’as l’air ailleurs.

Je lui réponds avec un sourire gếné.

  • C’est quoi ce sourire bêta ? Notes que t’as pas l’air moins fin que d’habitude mais fais pas cette tête en société sérieux. Ca en dit trop sur toi.
  • Bâtard.

On trinque et on tombe nos pintes cul sec, on s’en fout partout, c’est pas simple d’enchaîner un demi litre de bière en fixant l’autre dans les yeux. Pouah. Ca fait du bien quand même. Allez, faut enchaîner pour optimiser l’happy hour.

J1 – 21h

J’ai ma main sur sa cuisse.

  • Hey mec, mais tu as pas une copine toi ?

Elle me lance un regard blasé et elle se casse.

  • Putain Tom, toi t’es vraiment un pote.
  • Allez mec te plains pas, tu as baisé tout le WE. Faut pas que tu en fasses trop tu sais, c’est comme ça qu’on peut se faire un claquage. D’ailleurs tu m’as pas dit dans quel coin t’es parti ?

Je réponds d’un AHAH mécanique bien convenu histoire de souligner à quel point j’apprécie sa blague et je vide mon verre.

J1 – 23h

  • Tu sais Tom t’es comme un frère pour moi…
  • Ouais je sais, toi c’est un peu pareil. Tu sais le petit frère qui te fait perdre ton statut d’enfant roi unique, celui qui diminue ton quota de câlins et d’amour, celui à qui il faut montrer l’exemple. Allez finis ta biềre et bois ton shooteur qu’on enchaîne.

J2 – 02h30

On s’est fait sortir du bar. Comme d’hab, on a traîné autant que possible après la fermeture. On est partis avec 2 pintes en plastique chacun. Une finie devant le bar, l’autre à l’angle de la rue. Et là je gerbe dans la rue d’après. Putain faut que je respire. Je finis de me vider et je tourne la tête sur le côté. 

  • Tom, va pisser plus loin steplait. J’ai pas envie de voir ta bite.
  • Oh l’autre. D’où tu fais ton difficile là. Je te signale que c’est toi qui es venu gerbé à côté de moi.
  • Merde… c’est vrai ?
  • Ben ouai, tu te rappelles pas ?
  • Je me rappelle de rien…

J2 – 04h

Que j’aime ce canapé sérieux. On l’a trouvé dans la rue un jour. Il avait juste un pied pété et un coup de cutter dans un coussin mais on l’a recouvert d’une couverture et on lui a collé une cale en bois, il est comme neuf. Bon pas vraiment, mais il est super confortable.

  • Tom, tu nous fais des pâtes ?
  • Non, manger c’est tricher. Tiens je t’ai servi un pastis.
  • Un pastis ? 
  • Ouais on n’a plus rien de fort à boire à part ça. Désolé.
  • Faudrait faire des courses.
  • Quoi qu’est-ce quya ?
  • Ben des courses à 4h du mat…
  • J’irai demain.
  • Ah parce que t’as des thunes ? 
  • Non t’as raison.
  • Ben ouais monsieur claque tout pour aller se taper une meuf je sais pas ou. Tu sais y a des putes en bas de la rue ça te coûterait moins cher. J’espère que ça valait le coup au moins ?

Malaise …

J2 – 15h

J’émerge enfin. Je sais pas pourquoi j’ai mal au crâne. Je suis collé par la bave à mon oreiller. Je me redresse. Wouaw c’est dur. J’ai mal au bide aussi. 

J2 – 15h30 

Je sors de la salle de bain. Tom est dans le canapé. Il me regarde avec des yeux noirs et son air sérieux. J’ai rien raconté hier, non ?

  • Heu, salut ça va.
  • Je sais pas et toi ça va ?
  • Mal au crâne. Je me rappelle pas de ce qu’on a fait hier soir. Pas fait de conneries ?
  • Pas plus que d’habitude.

Je vais me servir un bol de céréales.

  • Tu fais un truc aujourd’hui ? Tu veux qu’on aille boire un verre ?
  • On est lundi.

Notre bar est fermé le lundi.

  • Ah merde …
  • Et faut que j’aille voir ma mère. Apparemment ma soeur a un mec.

Je fais tomber le paquet de céréales.

  • Putain t’es en forme ce matin. 

Je commence à regrouper les céréales en les poussant des pieds.

  • Non mais laisses ça va nourrir la souris.
  • Ah ouais t’as raison.

La vache ces yeux noirs, ça me fait toujours flippé.

  • Mais Max putain arrêtes d’être con. Bien sur que tu ramasses tout et t’en oublies pas sous le canapé comme la dernière fois.

Il prend sa veste et se casse.

J2 – 17H

Je viens de fumer un joint. En ramassant les céréales j’ai retrouvé une boulette sous le canap. Je pensais le garder pour fumer avec Tom mais bon j’étais stressé j’ai pas su me retenir, maintenant c’est pire je parano. Je suis en train de me bouffer les ongles devant une série à la con que je regarde pas vraiment. Je ferai mieux de me préparer à déménager mais pour ou ?

J2 – 22H

J’ai écrit 15 pages d’une lettre pour Tom, lui dire à quel point il compte pour moi. J’ai recouvert le sol de brouillons. Après les ongles, je me suis mis à me gratter le bras. Toujours les mêmes tics quand je stresse. Je crois que j’ai aussi des boutons sous les yeux. Mon téléphone bip. SMS de Tom.

“ma soeur est amoureuse. Ma mère m’a pris la tête. Je vais voir mon ex”

Je mets un peu de temps à comprendre que tout va bien. Tom n’a rien contre moi. Et si il va voir son ex, demain il pensera à autre chose. D’un coup tout est beau, la vie est belle je peux aller me coucher. Je suis éclaté et serein.

J3 – 17H

Retour au bar. Tom en a gros. Sa mère lui a pris la tête parce que sa soeur elle, elle s’est trouvée un mec, elle est amoureuse, elle est rangée, elle réussit ses études, bientôt elle sera riche. 

  • “elle au moins elle fait un truc de sa vie”. Putain sérieux maman, moi je fais rien de ma vie ?
  • Heu ben c’est un peu vrai quand même non ?
  • Je veux dire, à part boire des bières et casser le canapé on fait pas grand chose.
  • Putain toi t’es vraiment un ami. Bois ta bière qu’on prenne la suivante.

J3 – 18H

  • je veux pas faire le grand frère protecteur hein, mais si je croise son mec je crois que je le tape juste pour lui faire payer la prise de tête avec ma reum.
  • Ouais je t’aiderai aussi.
  • Par compassion fraternelle ?
  • Ouais et puis parce que j’aime bien ta soeur aussi. Je suis un peu jaloux.
  • Ouais ben tu la touches pas en tout cas. Elle est trop bien pour toi ma soeur.

Je bois ma bière.

  • Ok. Tu veux un shooter ?

J3 – 23H

  • Au fait, l’autre soir tu m’as raconté un peu comment c’était trop bien avec ton plan cul le WE dernier.

Je manque d’avaler ma bière de travers.

  • Je t’ai raconté quoi ?
  • ben pas grand chose, comme quoi c’est bien une fille ça sent bon, c’est doux, c’est propre.
  • Ah ouais, j’étais bourré.
  • Comme d’hab. T’étais pas bourré avec elle quand même ?
  • Non mais j’étais ailleurs quand même. Comme stone tu vois.
  • Tu vas la revoir ?
  • Non c’était un coup comme ça. Puis elle habite loin. Je peux pas me le permettre.
  • Elle habite ou déjà, je crois que tu me l’as pas dit en fait.
  • Belgique.
  • Ah comme ma soeur.
  • Je nous reprends des bières et des shooters.

J3 – 02H30 

Cette fois on vomit en parallèle. Faut dire que on a bien enchainé. Enfin d’aussi loin que je m’en souvienne. Je crois qu’au 8ème tour de pinte plus shooter j’ai perdu le compte. Entre deux spasmes j’arrive à dire à Tom :

  • on se choppe un kebab en rentrant quand même ? Là faut vraiment que j’éponge.
  • non manger c’est tricher.

J4 – 15H00

J’émerge et j’ai mal au crâne. Pas de bruit dans l’appart. Tom m’a laissé un mot sur le canapé : “Je suis chez ma reum”. Je vais prendre une douche.

J4 – 15H30

SMS de la soeur de Tom : “ça va Max, c’était cool ce WE. Je crois que j’ai fait une connerie sur fb 🙂 bisous “.

Oh putain…

J’ouvre Facebook. Elle m’a posté un message en public sur mon mur : “c’était bien ce WE. Vivement que tu reviennes à Bruxelles.”

Y a déjà 15 commentaires. Sa cousine dit que “c’est mimi 🙂 “. 

Je lui envoie un SMS : “mais pourquoi tu as posté ça en public ?”

SMS de réponse : “Tu sais je suis nulle avec ces trucs là. Je me suis ratée. Désolée. ^^ “

La porte de l’appartement s’ouvre, Tom a les yeux noirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *